Rechercher

Arthrose : solutions naturopathiques

Mis à jour : 9 oct. 2019

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’arthrose n’est pas une maladie du troisième âge. Même si une personne sur deux de plus 65 est atteinte, dans les consultations de rhumatologie la moyenne d’âge est inférieure à 40 ans. Elle n’est pas non plus inéluctable car, si le malade ne la néglige pas, elle peut être diagnostiquée facilement et on dispose aujourd’hui d’une foule de techniques permettant d’éviter qu’elle ne provoque trop de dégâts. Pourtant, près de 5 millions de Français souffrent d'arthrose et environ 200 000 prothèses sont posées chaque année en France. Malgré tout cela, l’arthrose n’est pas une fatalité et quelques mesures simples peuvent permettre d’en limiter la survenue.


L’arthrose se caractérise par une usure prématurée des articulations (notre corps en contient près de 400). Tout commence par une atteinte du cartilage qui perd sa souplesse et son caractère lisse. Les surfaces articulaires deviennent rugueuses et râpeuses et de ce fait, s’usent bien plus rapidement. Le tissu osseux situé sous le cartilage est alors moins bien protégé des chocs et des pressions exercées sur l’articulation. L’os va se modifier et devenir plus épais, ou au contraire se décalcifier. Des kystes vont se développer en son sein et des excroissances osseuses tel que le bec de perroquet pourront surgir.


Une simple radiographie de l’articulation permettra d’établir le diagnostic dans la majorité des cas.



En naturopathie, nous agissons sur les causes profondes pour un rétablissement durable. Pour l’arthrose il s’agit principalement d’une toxémie élevée, souvent due à une alimentation déséquilibrée : en effet les liquides du corps sont saturés en déchets acides issus de la consommation d’aliments peu sains ; la fatigue des émonctoires que cela entraîne est bien évidemment à prendre en compte dans notre approche.

Une autre cause fréquente est une activité physique trop intense pour l’organisme.

De mauvais positionnements du squelette ont également un rôle non négligeable (jambe plus courte, pied plat, entorse ou fracture mal soignée).


Voyons maintenant sur quoi l’on peut agir pour soulager d’une part et remédier d’autre part à cet état inflammatoire chronique.


♦ Alimentation saine

L’acidose est un facteur prépondérant responsable de l’arthrose.

Par une alimentation adaptée on veillera à sortir de cet état.

Une alimentation riche en fruits et légumes pour un apport suffisant en minéraux, vitamines et antioxydants.

Privilégier également les aliments riches en oméga-3 qui sont de puissants anti-inflammatoires : noix, graines de lin, graines de chia… sans oublier les huiles (lin, colza et noix).

Au niveau des produits à limiter : les viandes grasses, les produits transformés, l’alimentation industrielle prête à consommer, les aliments pollués, les fritures, les sucreries, le gluten et le lait de vache qui entretiennent un état inflammatoire.


♦ Activité physique

Un exercice physique adapté est essentiel pour être en bonne santé. Pour le cas de l’arthrose il est favorable car il améliore l’oxygénation des tissus, il contribue à réduire la raideur et la douleur des articulations. Il est cependant conseillé de le pratiquer en dehors des poussées inflammatoires…

Les exercices d’amplitude préservent la mobilité des articulations, les étirements maintiennent la souplesse des muscles et des tendons.

Cependant, l’activité physique intense et répétée est une cause fréquente d’arthrose, surtout si elle est effectuée dans de mauvaises positions ; le port de charges lourdes, une surcharge pondérale, un sport excessif (ou extrême) induiront des contraintes importantes sur certaines articulations. Les vertèbres lombaires, les hanches et les genoux sont les articulations les plus fréquemment touchées. Mais selon les gestes répétés, d’autres régions peuvent être touchées : les vertèbres cervicales, les épaules, les mains…


♦ Reminéraliser

En cas d’arthrose, le but sera de stimuler la synthèse du collagène contenu dans les tissus osseux et conjonctifs afin de faciliter la reconstruction du cartilage détruit.

À cette fin, des cures de silicium sont particulièrement recommandées : on trouve cet oligoélément en grande quantité dans le bambou, la prêle et l’ortie.


♦ Protéger et réparer les cartilages

▪La chondroïtine contribue à l’hydratation du cartilage, de plus elle inhibe l’élastase, une enzyme participant à la dégradation du cartilage. Elle est efficace sur la douleur et la raideur articulaire et ralentit la progression de l’arthrose.

▪La glucosamine sert à la synthèse de plusieurs macromolécules présentes dans différents tissus, dont le cartilage. Elle favorise l’assimilation du soufre qui est nécessaire à la fabrication et à la réparation du cartilage.

"Les chondrocytes sains synthétisent normalement chondroïtine et glucosamine à partir du glucose des aliments au terme de plusieurs réactions biochimiques. En cas d’arthrose, les chondrocytes même bien alimentés en glucose ne parviennent plus à accomplir correctement leur tâche. De plus, la production par l’organisme de ces deux substances diminue progressivement avec l’âge. L’association glucosamine-chondroïtine est pertinente puisque les mécanismes d’action de ces deux molécules sont différents et complémentaires. Leur association améliore l’état des personnes atteintes d’arthrose dans 80 % des cas." (1)


▪ L’acide hyaluronique, présent naturellement dans le corps, joue un rôle dans la bonne hydratation de la peau, des yeux et des articulations. Il peut être pris en supplémentation par gélules (assimilation assez faible). Dans les cas très douloureux des injections sont envisageables.

▪ Le collagène, protéine la plus abondante dans l’organisme des mammifères, compose toutes les structures du corps (peau, tendons, ligaments, cartilages, tissu conjonctif …). Pris en supplémentation il renforce les articulations usées (et redonne de l’élasticité à la peau).

La médecine traditionnelle chinoise conseillait (bien avant les preuves scientifiques) la consommation de cartilages d’origine animale aux patients souffrants de douleurs articulaires.

"Le silicium organique (silice), oligo-élément naturel, est un composant naturellement présent dans l’organisme. Il aurait des effets positifs au niveau des articulations car il favoriserait la régénération du cartilage. Avec l’âge, la quantité de silicium présente dans l’organisme tend à diminuer et le mode de vie et d’alimentation peut contribuer à cette baisse. Le silicium est pourtant nécessaire à la synthèse des composants essentiels à la bonne santé du cartilage : glycosaminoglycane, collagène, acide hyaluronique et élastine." (2)


♦ La chaleur

La chaleur détend les muscles contractés, améliore l'élasticité des tissus et atténue la douleur. Utilisez bouillottes, genouillères ou sous-vêtements à chaleur thermique.

Pensez aux bains chauds le matin au réveil, détendez-vous au sauna, au hammam ou durant un bain de soleil.


♦ Les huiles essentielles

Pour réduire la douleur des articulations, misez sur des huiles essentielles aux propriétés antalgiques, anti-inflammatoires et circulatoires. Mélangez 1ml de gaulthérie couchée, 1ml d'eucalyptus citronné, 1ml d'hélichryse italienne, 1ml de laurier noble, 1ml de menthe poivrée et 5ml d’huile végétale de millepertuis.

Massez pendant deux minutes, renouvelez trois fois par jour jusqu'à amélioration.


♦ Les cataplasmes d'argile verte ou de chou.

1/2 heure deux fois par jour pour les cataplasmes d'argile.

2 heures par jour pour les cataplasmes aux feuilles de chou.

Les deux ont des propriétés anti-inflammatoires.

♦ Les plantes anti-inflammatoires

L’harpagophytum a une action anti-inflammatoire et antalgique. C’est la racine de cette jolie fleur mauve africaine qui est utilisée et qui va favoriser la détente musculaire.

À noter qu’elle contient du silicium, mais aussi calcium, magnésium, potassium, phosphore, fer et cuivre.

Le boswellia, bloque la synthèse des leucotriènes, substances favorisant la réaction inflammatoire. Il améliore la circulation sanguine dans les articulations et les tissus touchés par l’inflammation.

▪Les feuilles de cassis, riches en flavonoïdes, tanins et vitamines C et P, ont des propriétés anti-rhumatismale et anti-inflammatoire, elles agissent efficacement en cas de manifestations articulaires douloureuses aiguës ou chroniques.

▪La reine des prés, anti-inflammatoire et antalgique, procure un soulagement rapide en cas de crise arthrosique.


♦ Les fleurs de Bach

L’approche psychologique et les émotions ne sont pas à négliger. L’impatience a la faculté de pouvoir vous relâcher. La gentiane aide à accepter le fait que l'on peut vieillir. L’eau de roche (rock water) accorde beaucoup plus de souplesse et permet le lâcher-prise. L’hêtre (beech) augmente la tolérance avec vous-même quand vous n'arrivez pas à faire certaines choses à cause de cette douleur.


♦ Vitamine D

La vitamine D favorise l’absorption du calcium, possède de puissants effets anti-inflammatoires et agit sur le mécanisme initial à l’origine de la maladie arthrosique.

En cas d’arthrose, il est donc vivement conseillé de surveiller son taux de vitamine D et de prendre une supplémentation si nécessaire.


♦ Tabagisme

Il génère un stress oxydatif, à l’origine d’une augmentation massive de radicaux libres que l’organisme ne parvient pas à neutraliser. Il favorise un état inflammatoire général de l’organisme, dont on a compris qu’il était en cause dans l’arthrose...


→ La médecine a relégué cette maladie au rang de la fatalité. Pourtant, dans notre approche en naturopathie, comme on vient de le voir, des solutions sont disponibles.

L’arthrose doit être une alerte incitant à modifier son hygiène de vie durablement, ce qui évitera ainsi d’autres problèmes de santé.


Sources

1 https://www.thierrysouccar.com/sante/info/arthrose-la-chondroitine-et-la-glucosamine-sont-elles-efficaces-1016

2 https://www.mesbienfaits.com/reconstruction-cartilage/#reparer-cartilage