Rechercher

Le Salvador et le Sri Lanka interdisent le "Round-up"

Petit rappel sur le tristement célèbre « Round-up », du géant Monsanto.

Vous en avez forcément entendu parler : il s’agit de l’herbicide le plus utilisé au monde… et une véritable menace pour notre Santé !

Son principal ingrédient est le glyphosate… un produit classé comme « cancérigène probable ».

Le Round-up ne contient pas seulement du glyphosate… Il contient aussi des adjuvants dérivés du pétrole et des détergents qui pénètrent au cœur de nos cellules.  

Au total, quantité d’études scientifiques ont prouvé que le Round-up était plus toxique encore que le glyphosate seul. [1]

C’est logique : les adjuvants visent à rendre l’herbicide encore plus efficace pour « tuer les plantes »… et donc pour tuer la vie

Et lorsqu’un produit « tue la vie », il est rare qu’il soit inoffensif pour l’homme !

Le Salvador bannit le « Round-up » et 53 pesticides en 2013 !

Voilà pourquoi il faut se réjouir que des États décident de se sortir du « tout agriculture chimique ».

C’est le cas du Salvador, un petit pays courageux d’Amérique centrale.

Il y a 5 ans, ce pays a voté l’interdiction de 53 pesticides et engrais chimiques… dont le fameux Round-up !

Et dans le même mouvement, le pays a encouragé les agriculteurs à revenir à des cultures adaptées à ce pays, son terrain et son climat !

Pour quel résultat ?

Il est encore un peu tôt pour le dire. 

Passer du « tout chimique » au « tout naturel » prend du temps et des efforts !

Mais comme le montre ce reportage de France 2, un nouvel espoir est en train de naître au Salvador :


Et ce n’est pas le seul pays à se libérer du « tout chimique » !

Une autre décision courageuse au Sri Lanka

Au Sri Lanka aussi, une grande décision a été prise.

En 2015, son président Mahinda Rajapaksa a décidé d’interdire le glyphosate

Pourtant, le Sri Lanka est un grand producteur de thé et de riz… et c’était un grand consommateur de glyphosate !

Mais voilà : l’herbicide causait probablement des maladies chroniques rénales graves chez les paysans… et aurait même « tué 20 000 personnes » ! [2]

Là-bas, le glyphosate serait particulièrement toxique parce qu’il se mêle à l’arsenic, très présent dans les sols.

Et voilà comment le Sri Lanka a pris la décision courageuse d’interdire l’importation, la vente et l’utilisation d’herbicides à base de glyphosate !



Difficultés à court terme, LUMIÈRE à long terme !

Voyez-vous, il est très difficile pour des agriculteurs de se reconvertir du jour au lendemain !

Dans un premier temps, la productivité diminue, forcément. 

Car il n’est pas facile de se réhabituer à faire sans ce « désherbant chimique », ravageur pour les sols et la santé, mais diablement efficace contre les « mauvaises herbes ».

Voilà pourquoi des voix s’élèvent au Sri Lanka pour demander le retour du glyphosate. [3]

Et pourtant, se passer du glyphosate est bien la meilleure décision possible à long terme !

Car il est clair que le glyphosate sera interdit PARTOUT, un jour ou l’autre.

Et parce que les nouveaux modes de production, plus sains, plus bio, plus respectueux de notre santé, sont le véritable avenir de l’agriculture dans le monde !


Guillaume Chopin Association Santé Naturelle


Sources

[1] Major pesticides are more toxic to human cells than their declared active principles, R. Mesnage et al., Biomed Res Int, 2014, Ethoxylated adjuvants of glyphosate-based herbicides are active principles of human cell toxicity, R. Mesnage et al., NCBI, 2013

[2] http://www.liberation.fr/planete/2017/10/24/le-glyphosate-dans-tous-ces-etats_1605442

[3] https://geneticliteracyproject.org/2018/01/10/sri-lankan-tea-farmers-want-glyphosate-herbicide-ban-overturned/