Rechercher

Vitamine D


Tandis que les autorités de santé dépensent des milliards pour des médicaments inefficaces et dangereux, ces mêmes autorités « qui nous veulent tant de bien » restent étrangement silencieuses face au dramatique manque de vitamine D. 

Des chercheurs américains spécialisés sur la vitamine D ont pourtant calculé que des dizaines de milliers de morts pourraient être épargnés chaque année si les Occidentaux normalisaient leur taux de vitamine D. 

En effet, le manque de vitamine D :

  • Concerne 80 % des Occidentaux et la quasi-totalité des personnes âgées ; 

  • Augmente le risque de cancer jusqu’à 87 % (pour certains cancers) ;

  • Multiplie le risque de dépression ;

  • Augmente le risque de nombreuses autres maladies graves (sclérose en plaques, diabète de type 1, ostéoporose, asthme, infections). 

La vitamine D influence plus de 200 gènes, ce qui expliquerait son importance dans de nombreuses maladies. C’est une substance qui intervient un peu partout dans le corps, et pas seulement pour la solidité des os comme on le croit d’habitude. 


Votre organisme fabrique lui-même une partie de la vitamine D dont il a besoin, à partir d’un précurseur du cholestérol et en présence d’UVB. On considère que s'exposer au soleil sans crème solaire 15 à 30 minutes par jour, à partir du printemps et jusqu'à l'automne est suffisant pour couvrir les besoins de la plupart de la population.


On parle de carence en vitamine D en cas de taux inférieur à 10 ng/mL.

Vous avez d’autant plus intérêt à vérifier votre statut si vous vous exposez peu au soleil, si vous réalisez peu d’activité physique extérieure, si vous ne prenez pas de vacances estivales, si votre peau n’est pas blanche, si vous n’habitez pas dans une région ensoleillée ou si vous avez plus de 60 ans (la capacité à fabriquer de la vitamine D3 diminue avec l’âge).

Quelques signes pouvant indiquer une carence : douleurs dans les os, les muscles et les articulations ; surpoids (la vitamine D étant liposoluble, se dilue dans les graisses, les besoins sont donc plus importants) ; maladie inflammatoire de l'intestin (d'où malabsorption des graisses) ; stress, anxiété ou dépression ; crampes, peaux sèches, fatigue. A noter qu'une peau foncée a des besoins plus importants.


La vitamine D3 est la forme active, elle est donc à privilégier à la D2, moins efficace et réduisant par ailleurs les réserves en vitamine D3.

Vous la trouverez dans les compléments alimentaires à base de lanoline (issue de la cire de laine de mouton) ou de lichen (forme végétale). L’apport de vitamine D3 sous forme d’huile de foie de poisson est à éviter car elle contient de la vitamine A, bloquant l’activité de la vitamine D et pouvant s’avérer délétère si vous avez recours à des doses importantes de supplémentation.


Au regard des données scientifiques actuelles, la réglementation française mériterait une révision à la hausse. La dose recommandée dans les compléments alimentaires est en effet de 200 UI/jour (5 μg) alors que la dose maximale tolérée peut atteindre 1 000 UI/jour, soit une quantité très insuffisante pour répondre à un état de déficit par la prise de complément alimentaire seul.


La vitamine K2 peut être proposée en synergie si le but est d’optimiser le statut osseux (elle permet d’activer l’ostéocalcine) ou dans le cadre de la prévention cardio-vasculaire.


# vitamine D # carence # D2 # D3